Le Festival Brussels Art Nouveau and Art Deco, Weekend 1

 BANAD_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg

Qu'est ce que le BANAD? 

C'est le festival d'Art Nouveau et d'Art Deco à Bruxelles. En cette occasion, des visites guidées d'intérieurs exceptionnels, habituellement fermés au public, sont organisées chaque année au mois de Mars. Cette année, le festival se déroule le temps de trois weekend du 10 au 25 mars.
Pour y participer, il suffit d'acheter un pass, comprenant 4 ou 8 entrées puis de réservez la ou les visites aux dates souhaitées. Il est également possible de payer sur place une visite au lieu d'un pass, la seule condition, si vous êtes chanceux, que la visite guidée souhaitée ne soit pas complète sinon vous attendrez un horaire un peu moins demandé. Si vous n'habitez pas Bruxelles et que vous souhaitez regrouper différentes visites sur une journée, je vous conseille le pass, il est beaucoup plus avantageux.
Encore une chose, et pas de moindre, exit les photographies en intérieur, ouvrez bien vos mirettes et mémorisez bien! Beaucoup d'intérieurs étant privés, la prise de photos est interdite par respect.
Nous avons déjà le privilège de pouvoir visiter ces intérieurs exceptionnels, mais je vous avoue tout de même ma déception de ne pouvoir prendre quelques clichés de détails pour étoffer mes recherches sur l'Art Nouveau!
 
Pour la réservation des visites, un autre conseil : n'attendez pas trop longtemps après l'ouverture pour acheter votre pass et réserver les visites que vous souhaitez.
J'ai été trop confiante cette fois-ci et ai réservé mes visites à la mi-février, quinze jours après l'ouverture. Du coup, plus de réservation disponible pour le célébre Hotel Solvay, chef d'oeuvre de Victor Horta, tout était déjà complet!
 
 

Visites  

Rien n'est perdu pour la cause!
Ce dimanche 11 mars, avec une amie, nous avons passée les portes de 3 lieux magiques de l'Art Nouveau de Bruxelles.
 
 
Direction rue de Belle Vue au n°46, maison de l'architecte ixellois Ernest Blerot
 
maisons_art_nouveau_ernest_bleriot_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
La visite débute sur le trottoir d'en face, nous y apprenons par notre guide, qui est professeure d'histoire et qui nous transmet sa passion pour l'Art Nouveau comme tous les autres guides, que les deux maisons voisines sont du même architecte.
Nous y voyons les sgraffites au dessus des portes et fenêtres et en dessous des corniches, des courbes aux lintheaux comme aux gardes corps et barreaux, caractéristiques de l'Art Nouveau.
Elle nous explique en quelques mots les origines de l'Art Nouveau. A la fin du XIXe siècle, l'Art nouveau est apparu en réaction à l'essor de l'industrialisation et à la rigueur, en Belgique, du style néo-classicisme éclectisant, comme en témoigne le Palais de la Bourse. La découverte du site de Pompeï, au siècle passé, remet au goût du jour les mosaïques et autres techniques artistiques antiques (stucco, sgraffites). Les expositions universelles de cette fin de siècle font (re)découvrir à la population occidentale l'art japonais (gravures, estampes, etc...) axé sur la nature (chrysanthème, paon, etc...) dont s'inspirera l'Art Nouveau.
 
 
Retournons à la Maison Blerot où nous rentrons dans le vif du sujet : la différence entre l'architecture d'Ernest Blerot et celle de Victor Horta.
 
E. Blerot s'illustre surtout dans la décoration des façades et des intérieurs, en dessinant lui-même les sgraffites, les vitraux, les mosaïques, la ferronerie jusqu'aux poignées de porte.
Dans le bow window, rénové pour le nouveau propriétaire, se trouve une suspension de l'architecte et décorateur liégeois Auguste Serrurier-Bovy (Bovy étant le nom de sa femme).
 
 
 entree_maison_blerot_BANAD_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg  ferronerie_maison_blerot_BANAD_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg  sgrafitte_maison_blerot_BANAD_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrices_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
E. Blerot ne révolutionne pas l'architecture comme l'a fait V. Horta, mais crèe, entre 1898-1904, une soixantaine d'habitations Art Nouveau.
 
Deux-trois maisons plus bas, se trouvent également deux autres maisons d'Ernest Blerot à la façade bien rénovée.
Le travail fait autour de la porte d'entrée de celle de gauche est remarquable avec ce travail de courbe typique à l'Art Nouveau.
 
 maisons_art_nouveau_ernest_bleriot_banad_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg  entree_maisons_art_nouveau_ernest_bleriot_banad_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg  
 
ferronerie_maisons_art_nouveau_ernest_bleriot_banad_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
Jusqu'au gratoir à chassures, ici en bas à gauche de la photo!
 
 
 
2ème adresse : Rue Paul Emile Janson n°6, Hôtel Tassel
 
Celui de la fameuse photo que tout le monde a déjà dû voir au moins une fois dans sa vie!
 
hotel_tassel_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
crédits : alanainsworthphotography.com
 
Qui se cache derrière cette sobre façade récemment rénovée
 
hotel_tassel_facade_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
 
L'Hôtel Tassel est la première habitation aboutie du style Art Nouveau de Victor Horta, 1892-1893.
Contrairement à E. Blerot, chaque bâtiment créé par V. Horta l'était en fonction de la personnalité de son propriétaire.
l'Hôtel a été construit pour Emile tassel qui y vivait seul avec sa grand-mère, qui aimait y recevoir ses amis et y travailler.
V. Horta met son génie créatif dans ce projet et révolutionne totalement le plan traditionnel des maisons bruxelloises.
 
 
Commençons la visite!
 
Dans le petit hall, nous avons : 
 
 hotel_tassel_plan_entree_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
   - une porte à droite donnant sur un parloir avec accès à l'escalier menant aux caves. C'est déjà en soi une révolution! Généralement le rez-de-chaussée des maisons traditionnelles bruxelloises sont surélevés car les cuisines se trouvent en façades. Nous apprenons alors que V. Horta, politiquement, est de gauche et souhaite améliorer le confort des gens de maison, par conséquent, aménage les cuisines en arrière donnant sur le jardin et dégageant ainsi l'avant pour des pièces d'accueil. Chouette me diriez-vous, accès au jardin! Il faut savoir qu'à cette époque, il est toujours mal vu d'avoir un teint halé (renvoyant l'image des personnes travaillant dehors, donc les paysans) et par conséquent le jardin était juste décoratif. Il n'était pas question de s'y balader ou d'y prendre le soleil, encore moins d'y planter ses légumes! 
 
   - La porte de gauche donne accès à un vestiaire avec toilette pour l'intimité des invités. Une autre révolution!
 
   - Et devant nous des vitraux où se cache derrière un vestibule octogonal. On peut y accéder par les deux petites pièces ou par les vitraux. 
Le vestibule est décoré de stucco, de menuiserie et de mosaïques au sol. On remarque une grille au centre du sol qui n'est autre que le système de chauffage de l'époque.
V. Horta avait horreur des gros radiateurs et expérimenta un nouveau système de chauffage. L'air extérieur était envoyé vers des lames chauffantes puis renvoyé dans la maison au travers de ces grilles, plus de radiateurs disgracieux! Ce système répondait également au souhait de Mr Tassel d'accueillir ses invités dans un lieu chaleureux.
 
Au point de vue architectural pensé par V. Horta, nous venons de passer la première partie, celle dédiée à l'accueil pour le rez-de-chaussée et pour les étages, dédiée au travail.
De ce fait, V. horta a mis en façade les fonctions d'accueil et de travail, les dissociant des parties privatives à l'arrière de la maison.
 
En montant les 7 marches nous menant au célébre palier lumineux, nous accèdons à la 2ème partie de l'édifice. Cette partie que l'on pourrait appeler de "service" car elle contient les escaliers mais également les deux verrières qui diffusent la lumière naturelle dans la majeure partie de l'édifice. Nous ne sommes plus dans une maison standard bruxelloise où se succèdent trois pièces sombres en enfilade. On se sent bien, il faut bon, la clareté se propage du jardin d'hiver à gauche du palier, de la cage d'escalier à sa droite et en face du jardin par le bow-window de la salle à manger encore éclairé à 17h. Rien ne vient bloqué cette lumière?! Pourquoi est-ce aussi sombre dans les autres logis. V. Horta a remplacé les murs porteurs par des colonnes et poutres en acier dégageant l'espace et permettant à la lumière de se diffuser. Ainsi le salon entre le palier et la salle à manger, n'en est pas plus sombre.
 
Le chiffre 7 n'est pas anodin pour V. Horta car il fait partie de la Franc-maçonnerie bruxelloise à la loge des Amis Philanthropes. D'ailleurs sur ce projet, il fit travailler beaucoup de ces compères artistes et artisans, mettant les métiers d'arts en avant, en réaction toujours contre l'industrialisation.
Pourtant datant de cette création, V. Horta décida de tout faire lui-même dans ses futurs projets, étant déçu par le vitrail (se trouvant sur le palier du 1er étage) de son ami Raphaël Evaldre, qui ne lui semblait pas harmonieux avec les autres courbes végétales reprises dans les ferroneries, dans le décor mural et autres décorations. 
 
Enfin la dernière partie reprend donc le salon et la salle à manger séparés du palier pour une cloison vitrée. Le salon fait la largeur de la maison. La salle à manger est elle centrée sur le bow-window, lui-même sur l'axe central de l'édifice. A la droite de la salle à manger se trouve l'escalier de service et à sa gauche, une salle dotée d'un passe-plat pour monter les repas depuis la cuisine en sous-sol.
De remarquables lustres éclairent artificiellement ces pièces. A cette époque, on s'éclairait encore au gaz et l'électricité arrivait peu à peu. 
Cela n'a pas empêché V. Horta de créer des lustres dont la lumière ne venait pas par dessus comme tous les luminaires au gaz où la flamme était verticale.
Il crééa ses luminaires disposant horizontalement les ampoules au centre de corolles en verre (luminaire que l'on voit au pied de l'escalier sur le palier, photo ci-dessus).
Les murs qui n'étaient pas en stucco, étaient habillés de papier peint aux formes végétales et aux couleurs rappelant la nature, souvent des couleurs pastelles.
V. horta ne représentait pas de fleur mais plutôt des lianes dites "soufflées par le vent". La fleur en elle-même avait un symbole, pour lui, d'éphémrité car elles finissaient toujours pour faner. Nous verrons ci-dessous une exception à cette règle!
 
 
J'espère ne pas vous avoir perdu dans les méandres de ces explications et vous propose de faire un petit rappel avec un plan :
 
1ere partie : l'accueil : hotel_tassel_plan_entree_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
   2ème partie : palier hotel_tassel_plan_palier_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
  dernière partie : zone privative hotel_tassel_plan_privatif_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
Ce qui nous donne le plan ci-dessous et celui des étages. 
 
 hotel_tassel_plans_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg 
 
Il faut, bien sûr, se rendre compte qu'au-dessus de chaque verrière donc :
  - celle du jardin d'hiver à gauche du palier au rez-de-chaussée et 
  - celle de l'escalier à droite du palier au rez-de-chaussée
Il n'y a pas d'étage, pas de construction, sinon il n'y aurait plus de lumière naturelle.
Ce sont des zones d'habitats perdues.
 
Sur les plans ci-dessus, il manque le plan de mi-étage où V. Horta a aménagé un fumoir pour Mr. Tassel et ses invités. 
Il se situe juste au dessus de la partie accueil et en dessous du premier étage. Il s'étend également sur la surface de la zone accueil. 
Mr tassel y fumait le cigare avec ses invités dont on voit les vapeurs reprises dans le vitrail que nous voyons à l'étage en rue.
 
hotel_tassel_vitrail_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
De part et d'autres de cette pièce, à gauche se trouvait une salle de bain avec toilette et, à droite un laboratoire de photos dont était passionné Mr Tassel.
D'ailleurs dans la balustrade du fumoir (donc côté fumoir), il y a une astuce pour y installer l'objectif d'un projecteur qui envoyait les images en contre-bas sur une toile blanche dans le salon!
 
Aux autres étages, les pièces deviennent plus communes mais la lumière est toujours là!
 
Au 1er étage, à l'avant au dessus de l'accueil et du fumoir, se trouve un bureau avec bow-window qui correspond aux fenêtres avec le premier garde-corps en façade.
 
hotel_tassel_facade_balustrade_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
Si on regarde au centre du garde-corps, sur le haut touchant la main courante, la ferronnerie qui se finit en "S", c'est la représentation de V. Horta du fouet utilisé par les cochets pour faire avancer les véhicules. Eh oui, à cette époque l'automobile que l'on connait aujourd'hui, n'existait pas encore! 
A l'arrière du 1er étage, au dessus du salon, un petite salle à manger, et au dessus de la salle à manger, la chambre de la grand-mère de Mr Tassel.
Enfin au deuxième étage, en façade, un autre bureau et en arrière la chambre de Mr. Tassel.
 
L'hôtel est maintenant classé comme patrimoine mondial par l'UNESCO. Il est loué comme bureau au centre européen.
 
 
 
Dernière étape : avenue Louise n°346, l'Hôtel Max Hallet.
 
hotel_Max_hallet_drapeau_banad_brussels_art_nouveau_maire_gaelle_architecte_interieur_decoratrice_ufdi_belgique_liege_luxembourg
 
 

Vous avez besoin de conseils pour votre projet déco ?
Contactez-moi

Me contacter

Ouvert

Du lundi au vendredi :

de 10h00 à 18h00

Samedi : de 10h00 à 13h00

Dimanche : fermé